Toto, Juju et moi

photo-1451481454041-104482d8e284

Le texte ci-dessous m’a été inspiré par cette photo de Jordan Whitt dans le cadre de l’atelier BRICABOOK numéro 363.

Tu te souviens Juju, on courait dans les champs…
On revenait tout crottés mais on en avait rien à faire.
Les caresses du vent sur nos joues compensaient les gifles de nos mères.
Tu te souviens des glissades dans la colline sur les vieux cartons d’emballage ?
Ca valait bien les luges de nos copains friqués sur les pistes de ski !
Et puis le petit Toto, tu t’en souviens ? Il se mettait toujours entre nous deux.
Il disait qu’on le protégeait, pas comme sa mère qui lui criait dessus toute la journée
Ni comme son père qui lui flanquait des torgnoles pour un oui ou pour un non.
Tu te souviens de l’enfance, Juju, comme c’était bien …
Comme on riait, comme on chantait, comme on jouait, comme on s’adorait nous trois !
Maintenant on est papas, Juju, toi et moi, et on se voit toujours, au moins une fois par mois
Nos femmes s’entendent bien, nos gosses courent dans les champs et glissent dans la colline.
Mais Toto, lui, il est plus là…

MH

Les petites filles de pharmacie

 

Phamacie (2)

Ce texte m’a été inspiré par la photo et le mot proposés dans le cadre de l’atelier d’écriture du mois de mai sur le blog d’AMPHYGOURI.

https://amphygouri.wordpress.com/2019/05/01/atelier-decriture-10-mai/

 

Les petites filles de pharmacie ne voient jamais leur maman en robe.
Les petites filles de pharmacie voudraient la même blouse blanche que leur maman
Les petites filles de pharmacie jouent à cache-cache dans les rayons
Les petites filles de pharmacie s’amusent à embêter les préparateurs
Les petites filles de pharmacie mangent du citrate de bétaïne au goûter
Les petites filles de pharmacie regardent leur maman préparer les gélules
Les petites filles de pharmacie trouvent que les gélules ont goût d’hosties
Les petites filles de pharmacie sucent des bâtons de réglisse à cinq centimes
Les petites filles de pharmacie chantent la réclame pour la Boldoflorine
Les petites filles de pharmacie ont la langue très bien pendue
Les petites filles de pharmacie n’ont pas besoin d’orthophoniste
Les petites filles de pharmacie font bien rigoler les clients
Les petites filles de pharmacie distribuent des comprimés de vitamine C à la récré
Les petites filles de pharmacie jouent à la marelle sur le lino de l’officine
Les petites filles de pharmacie sautent sur le paillasson pour faire chanter la sonnette
Les petites filles de pharmacie reniflent les périmés puants
Les petites filles de pharmacie recyclent les vieux présentoirs en maisons de poupées
Les petites filles de pharmacie menacent le stock de petits pots pomme-abricot
Les petites filles de pharmacie font leurs devoirs sur de vieilles ordonnances
Les petites filles de pharmacie dessinent la tête des clients derrière le comptoir
Les petites filles de pharmacie montent dix fois par jour sur le pèse-personne
Les petites filles de pharmacie piquent des petites pièces jaunes dans la caisse
Les petites filles de pharmacie se parfument à l’eau de Cologne en flacon de 25 millilitres
Les petites filles de pharmacie se collent des vignettes d’aspirine sur le front
Les petites filles de pharmacie voudraient que tous les clients soient guéris pour avoir leur maman rien que pour elles.
Hier, j’ai vu une petite fille de pharmacie, et j’ai repensé à celle que j’étais il y a plus de quarante ans.

MH

La sagesse de la luge

snow

© Aaron Wilson

Le texte ci-dessous m’a été inspiré par cette photo enchantée de Aaron Wilson dans le cadre de l’atelier BRICABOOK numéro 318.

 

Marguerite irait au cinéma aujourd’hui, précisément parce que le trajet promettait d’être difficile. Elle avait envie de « mériter » son film. Ah ! La méritocratie ! Quel drôle de concept… Et pourquoi se l’infliger à elle-même ? Personne ne lui donnerait de médaille pour être allée jusqu’en ville dans la neige. Mais elle vient d’avoir soixante ans et elle aime se lancer des défis.
Alceste à bicyclette sur les petits sentiers printaniers de l’Ile de Ré, et elle… à pied sur le long pont blanc de l’hiver.
La voilà qui commence à marcher, emmitouflée et chaussée pour les grands froids comme le gros Bonhomme Michelin.
Marguerite se dirige vers la ville, et, curieusement, tous ceux qu’elle croise vont en sens inverse. Elle se demande pourquoi, mais se souvient que c’est comme ça dans sa vie, elle se retrouve toujours à contre-courant.
Les chiens sautent dans le blanc, les enfants malaxent la neige pour en faire des boules glacées qu’ils se lancent dans le dos, les parents surveillent gentiment, les rêveurs sourient aux flocons, et les vieux se cassent le col du fémur ; mais tous progressent dans la même direction en s’éloignant doucement d’elle.
Alors, elle décide de ne plus les regarder et se concentre sur ses pieds, ses gros godillots noirs, antidérapants, si laids mais si utiles aujourd’hui. Ils s’enfoncent dans la blancheur et révèlent à chaque pas la couleur marronnasse enfouie du pont. Marguerite en a presque honte …mais elle n’a pas le choix, elle doit aller voir Alceste même si elle est la seule de toute la ville et même si, pour cela, il lui faut souiller des kilomètres de pureté.
Les flocons tombent de plus en plus drus sur son béret bleu marine et ses lunettes d’écaille ; elle se demande comment on n’a pas encore inventé un système d’essuie-glaces pour lunettes… elle fera une recherche sur Internet à son retour, après Alceste et sa fameuse bicyclette qui ne lui serait d’aucun secours ici, dans la poudreuse ; Alceste sur sa luge, serait plus d’actualité …
Son seul souvenir de luge remonte à ses huit ans, elle était à Châtel pour les vacances de février. Avant le départ, sa grand-mère lui avait offert un superbe anorak rose à capuche dont elle n’était pas peu fière ! Dans l’enthousiasme de leur arrivée à la montagne, ses parents avaient loué une superbe luge en bois, comme Rosebud dans Citizen Kane. Excitée et riante, elle s’était élancée à califourchon, du haut d’une piste. La glissade s’était rapidement emballée et ce qui, en contrebas, ressemblait à une petite forme sombre, s’était mis à grossir, grossir… grossir sous ses yeux au fur et à mesure que l’engin fou dévalait la pente : UN CHALET ! Elle allait foncer dans la bâtisse et se fracasser le crâne ! Heureusement, elle avait eu le réflexe de se pencher sur le côté, et avait goûté le moelleux de la neige fraîche
Depuis ce jour, Marguerite craignait la vitesse et n’allait jamais à plus de soixante-dix kilomètres heure en voiture.
Elle a de plus en plus de mal à voir devant elle, tant les flocons se pressent comme une pluie de chatons blancs. Pourtant… elle distingue au loin une forme basse et trapue qui se dirige, comme elle, vers la ville. Elle voudrait voir cette forme de plus près, cette chose étrange qui a ce même désir d’aller dans la direction désertée de tous. Mais la forme avance vite, très vite… serait-ce un chien… un loup ?
Non, la forme ne saute ni ne court, elle semble plutôt glisser comme une goutte de pluie sur un ciré blanc.
Marguerite fait de plus grands pas, elle sent les muscles de ses cuisses peiner sous l’effort, les godillots noirs sont lourds sous le poids de la neige amassée, mais elle fonce, mettant à contribution bras et épaules, comme un coureur de fond. La distance avec la masse mystérieuse diminue à chaque nouvelle foulée, Marguerite étouffe, crache et sue à la fois, mais, qu’importe, elle veut voir… C’est une luge, une luge en bois vernis.
Elle retient son souffle : le traîneau vient de s’immobiliser à cinq mètres à peine devant elle. A califourchon, deux frêles silhouettes. Celle qui se trouve à l’arrière est toute voûtée, elle porte un manteau doré coupé dans une étrange étoffe fluide… presque futuriste, et un béret bleu marine, semblable au sien, mais plus usé et délavé par les ans. De ce couvre-chef s’échappent quelques cheveux fins et argentés. A l’avant, l’autre petit corps est dissimulé sous un anorak… rose à capuche !
Le cœur de Marguerite bat à tout rompre. Encore un effort de ses membres extenués pour arriver à la hauteur de la luge et découvrir les visages.
Comme dans un rêve, ses jambes pédalent dans la matière épaisse et rebelle, l’empêchant d’accélérer comme elle le voudrait. La luge et ses deux passagers restent toujours figés. Le bois vernis brille sous l’unique rayon de soleil qui vient de percer. Marguerite est maintenant tout près, elle n’a plus qu’à allonger le bras pour toucher l’étonnant tissu doré.
Mais, au moment où sa main tendue effleure le manteau, elle perçoit le crissement de la neige sous les patins, et, subrepticement, la luge s’éloigne… Marguerite s’écroule, éreintée au milieu du pont. Elle n’a pas vu les visages mais les a devinés…
Au bout de quelques instants, elle se relève, reprend sa marche et découvre sous ses pas le message tracé par les méandres de la luge : Ne pas perdre de temps, faire ce que l’on aime, suivre ses désirs et profiter de la vie… jusqu’au dernier flocon.

MH

Petite questionnette: Et vous, les paysages de neige vous rappellent-ils des souvenirs d’enfant ?