Ligne 8

demoiselles

D’habitude je choisis toujours le wagon de queue, c’est plus pratique pour ma correspondance à la station Daumesnil, mais hier, je l’ai vue, assise à une fenêtre de la deuxième voiture. Elle était si mignonne avec son air sage, son chapeau de feutre beige et son petit col bien blanc, bien classique, bien boutonné …Alors je suis monté, hypnotisé par son regard doux. Mais à peine les portes de fer s’étaient-elles refermées sur moi que Gertrude et Berengère ont surgi comme deux diables de leur boite. Ma femme et ma maîtresse, sous le même toit ! (même s’il ne s’agissait que du toit du Métropolitain), côte à côte, droites comme des i, et l’air bien décidé à m’empêcher d’aborder la jolie inconnue. Moi, je me tenais un peu en biais, hésitant à passer ma tête à travers la fenêtre à guillotine ou à affronter les deux gardiennes de prison « façon Demoiselles de Rochefort ». C’est alors que le métro s’arrêta à la station Bonne nouvelle et que j’eus la surprise de ma vie : Gertrude et Berengère descendirent comme un seul homme pour se jeter sur le seul homme planté sur le quai, un bouquet de fleurs dans chaque main. Ma femme et ma maîtresse se sont éloignées, bras dessus bras dessous avec l’inconnu tandis que le métro redémarrait, m’emportant avec et la mystérieuse beauté assise vers la Pointe du lac.

MH

Petite questionnette: Et vous, avez-vous déjà eu d’incroyables surprises dans le métro ?

Publicités

Monologues indicibles

kkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkk

© Nick Cooper

Le texte ci-dessous m’a été inspiré par cette photo de Nick Cooper dans le cadre de l’atelier BRICABOOK numéro 322.

 

Lui : Je me sacrifie à la sortir et qu’est ce qu’elle fait ? La gueule, comme d’habitude … Eh bé… si j’avais su je l’aurais laissée devant sa tisane et j’y serais allé avec Rosita, au Kaffe Perro Negro.

Elle : Allez bois, bois-la ta bière, mon gros et savoure-la bien, parce que ce que tu ne sais pas, c’est que c’est la dernière !

Lui : Avec Rosita, au moins, on aurait trinqué et puis elle m’aurait complimenté sur ma tenue ! Franchement ces deux écossais, celui de ma casquette et celui de ma chemisette, c’est pas la classe ?

Elle : Je les ai vus les SMS qu’il échange avec sa poule depuis deux mois… Rosita… quel prénom de pèquenaude, du genre à aimer son accoutrement de clown, tiens !

Lui : Mais, l’autre là, elle en a rien à faire de mon look, elle regarde la carte avec son air de lamproie mal péchée… je suis sûr que dans deux minutes elles va me dire : Y a rien qui me plait, tout est gras dans ce bistrot !

Elle : S’il croit que je cherche une salade composée sur le menu, il se fourre le doigt dans l’œil ! Rien à faire de la bouffe! La seule chose que j’attends, c’est qu’il tombe raide avec ce que j’ai versé dans son verre !

Lui : C’est bien la dernière fois que je me la traîne, la bourgeoise ! A partir de demain c’est Rosita non stop : j’me taille, j’me tire, j’me barre, j’me fais la malle et j’me fais la belle Rosita tous les jours !

Elle : Ma mère m’avait bien prévenue quand je me suis mariée : Tu verras, les hommes, ils sont toujours fourrés aux cabinets ! Eh bé ça a encore pas loupé : à peine sa bière servie qu’il s’est précipité « chez les Messieurs » ! Moi j’avais prévu le coup (merci maman) et j’ai balancé la poudre dans sa pinte !!

Lui : Un petit pipi et me voilà prêt à vider mon verre cul sec pour écourter cet affreux tête à tête avec ma femme. C’est bizarre, elle a un drôle d’arrière goût, cette blonde …

« Garçon !! Garçon—— Gar—————çon————- gar——————- »

MH

Le poète, la danseuse et le ramoneur

ball-420358_1920

 

Le poète vivait avec la danseuse dans une petite chambre de bonne, sous les toits à Montmartre. Cliché me direz-vous ? C’était pourtant leur vie et la danseuse était la source d’inspiration du poète. Il n’avait qu’à la regarder virevolter dans la chambrette pour que lui viennent les mots les plus touchants et les vers les plus charmants. Mais un jour, un ramoneur vint vérifier la cheminée de leur nid douillet ; il était tout de noir vêtu et avait le visage noir lui aussi. Le ramoneur fit peur au poète qui préférait voir la vie en rose bonbon comme le tutu de la danseuse ou en bleu pale comme le ciel de Paris au mois de mars. La danseuse prit un air bête en regardant le ramoneur faire son travail dans la cheminée. C’était l’air bête du coup de foudre, de l’amour inexpliqué ; alors quand il en eut fini avec ses brosses et ses raclettes, la danseuse entraîna l’homme de suie sur les toits de Paris pour un ballet léger, un peu comme dans Mary Poppins. Le poète resta seul, terrassé, sur sa chaise de paille, cette vieille chaise qu’ils faisaient craquer en s’asseyant à deux dessus avec la danseuse. Là, elle ne craquait plus, pas plus que la danseuse ne craquait désormais pour les yeux délavés du poète.
Le lendemain, elle revint, pour chercher ses affaires. Le ramoneur se tenait sur le seuil, prêt à porter les deux valises en carton mâché. Le poète garda la tête baissée, même quand la danseuse déposa l’incroyable boule de verre sur la table usée.
« Pour t’inspirer… » dit-elle au poète en lui déposant un baiser sec sur la joue. Puis elle fila, joyeuse, avec ses bagages et son homme tout neuf.
Pendant six jours et six nuits le poète resta prostré. Le septième jour, il se leva pour manger un quignon de pain dur et boire un verre d’eau du robinet, quand tout à coup, son regard fut happé par la boule de verre. Dans la petite chambre, l’incroyable objet brillait comme un astre. Le poète s’en saisit et y vit des images qui l’inspiraient et d’autres qui le repoussaient, des cancrelats et des ballerines, des étoiles et des crachats …Il approcha encore l’objet de son visage, et alors, son œil se transforma en une multitude d’orbites qui l’observaient et le transperçaient. C’était comme si ses yeux s’enfonçaient dans son crâne pour sonder son âme et ses idées. Le poète se sentit épié, débusqué, révélé à lui-même. Il n’aurait donc plus jamais de secrets, de pensées intimes ni surprenantes ? Il serait condamné à tout savoir d’avance. Plus d’inspiration possible, plus de rêves. Le poète était désespéré, plus encore que par l’abandon de la danseuse. Il lâcha l’incroyable boule, se dirigea vers la fenêtre et se jeta en bas de sa rue.

Sur le plancher de la chambre, des centaines de strophes, de songes et de rimes rampaient au milieu des morceaux de verre brisé.
Sur l’asphalte, des dizaines de badauds fixaient la tête vide et éclatée du poète.
Sur un nuage noir, la danseuse et le ramoneur commençaient à se déchirer.

MH

Un métier d’avenir

zhu-liang-772687-unsplash©Zhu Liang

Le texte ci-dessous m’a été inspiré par cette photo de Zhu Liang dans le cadre de l’atelier BRICABOOK numéro 321.

Devinerez-vous mon métier ? Je passe ma vie dans les centres commerciaux, et les escalators, tête baissée, allure servile, toujours pressée, je suis….Je suis… Accomodrice de shopping.

L’accomodrice de shopping suivra Madame dans tous les déplacements liés à l’ébullition de sa carte bleue. Telle une ombre attentive, elle l’accompagnera dans ses déambulations citadines, faisant apparaitre :
• Petit paravent, tabouret et tasse de thé pour une pose réhydratation.
• Petit paravent et futon pour une micro-sieste.

• Petit paravent et pot de chambre quand Madame aura besoin de se soulager.

L’accomodrice de shopping assistera Madame lors de ses essayages : si cette dernière choisit une robe boudinante, elle sortira son miroir perfectionnant pour redonner à la silhouette de sa patronne, sveltesse et élasticité.
Si le cuir de la chaussure neuve est trop dur, elle le mastiquera pendant quelques minutes pour épargner toute souffrance aux orteils de Madame.
Si, au hasard d’une rue, Madame rencontre une amie accompagnée de son mari, l’accomodrice de shopping actionnera son décodeur de gaffes pour lui éviter de dire : « Depuis quand sors-tu sans ton amant ?! »
Au rayon alimentation, l’accomodrice de shopping indiquera à Madame les denrées les plus appropriées au dégonflage de la bedaine de Monsieur.
Et si le shopping de Madame prend plus de temps que prévu, l’accomodrice de shopping mettra son retardateur de minutes en marche pour lui permettre d’être à la maison avant l’heure du dîner.

Diplômes requis :
• Brevet de diététique et de pré mâchage.
• Double licence de servilité et de divination
• Master en flatterie
• Maîtrise du temps

Vous aussi vous vous sentez l’âme d’une accomodrice (ou d’un accomodeur !) de shopping ? Alors postulez sans attendre, cette filière n’est pas bouchée !

MH

Le Père Noël et le gilet jaune

dig

Un grand merci à Soene pour cette photo !!

24 décembre, cinq heures du matin : Le Père Noël, encore en pyjama, regarde sa penderie l’air dubitatif. La Mère Noël, encore au lit, l’observe.

Père Noël : Toujours cette tenue rouge et blanche… dis donc, Mère Noël, tu ne pourrais pas me tailler un nouveau costume ? J’ai besoin de changement, moi ! J’ai envie d’être à la mode pour une fois !

Mère Noël : A la mode !? Mais quelle mode ? Tu travailles dans presque tous les pays du monde ! Les tendances sont différentes partout !

PN : Alors, tant qu’à faire, je choisirais bien le modèle français, Paris n’est-elle pas la capitale de la haute couture et du bon goût ?

MN : D’accord ! Je vais te tailler un habit en nylon jaune !

PN : En nylon jaune ? Je suis cocu ou quoi ? Ne me dis pas que tu revois le Père Fouettard!

MN : Mais non, rassure-toi … C’est juste que le nylon jaune est en vogue cet hiver en France.

PN : Et tu crois que ça va m’aller au teint ?

MN : Bah, faut savoir ce que tu veux mon vieux ! En ce moment la France entière est jaune fluo !

PN : Ah bon ??

MN commençant son travail de couture : Et oui ! Les mannequins défilent depuis trois semaines sur tous les ronds-points du pays et le Président Macron les apprécie tellement qu’il a décidé de leur offrir un cadeau d’une valeur de cent euros à chacun ! Il se prend un peu pour toi le jeune Emmanuel !

PN : Je n’étais pas au courant !

MN : Evidemment, tu ne prends jamais le temps de regarder les informations !

PN : Mais, ce Macron… il essaie de me piquer mon job ou quoi, à faire des cadeaux comme ça au mois de décembre ?!

MN : C’est peut-être bien ça ! Il en a assez d’être président et il veut se reconvertir !

PN : Pas question qu’il me mette au chômage ce petit opportuniste !

MN : Ecoute, si tu n’es pas content, dépêche-toi d’enfiler ton gilet et ton bonnet jaunes et va défiler sur les Champs-Élysées avec les français !!

Rêve de canopée

écureuilCe texte m’a été inspiré par la photo et le mot proposés dans le cadre de l’atelier d’écriture numéro 4 de novembre sur le blog d’AMPHYGOURI.

https://amphygouri.wordpress.com/2018/11/12/atelier-decriture-3-novembre/

 

A force de grimper, peut-être atteindrai-je, ma canopée rêvée… Celle des singes du nouveau monde où le soleil est roi. Celle du feuillage touffu où l’on peut se reposer en toute sécurité. Je me hisse, je me hisse, mes pattes griffues écorchent l’écorce de leur volonté implacable, je dois continuer à monter. Mon oeil vif n’a qu’un seul objectif, ces branches hautes jamais atteintes. Mon corps roux et gracile progresse avec souplesse. Comme j’aimerais être un saïmiri, ce singe écureuil des forêts tropicales ! Je ferais des acrobaties dans les lianes et ma queue me servirait d’écharpe pour me réchauffer après les pluies torrides.
Mais je ne suis qu’un banal écureuil roux et je vis en Europe, je me sens commun et inintéressant alors que je voudrais atteindre des sommets. Des chercheurs exploreraient mes hautes sphères pour étudier mon mode de vie, me photographier, me filmer, je deviendrais vedette !
Mais je sens mes pattes qui faiblissent, je vais devoir faire une pause, quelques glands pour me rasséréner avant de goûter aux indigestes insectes que mangent les saïmiris …
Me voilà reparti, je vole dans les branchages, mon nid me semble de plus en plus lointain, je prends des risques, des risques en solitaire ; pourtant quand je serai singe écureuil, il faudra m’adapter à la vie communautaire, aux séances d’épouillage, à la quête de nourriture en groupe. Adieu l’indépendance, les promenades en solo et le nid rien qu’à moi. Mais bon, il faut savoir faire des sacrifices dans la vie et moi, je sais ce que je veux plus que tout.
Je bondis de branche en branche, le soleil se fait de plus en plus intense, je le sens sur mon pelage, je suis prêt du but. Je continue, je continue.
Jamais je n’étais monté si haut, me voilà à la cime, aveuglé par la clarté…mais où est la canopée ?
Je ne suis qu’au sommet de mon vieux chêne vert … Aucun saïmiri pour m’accueillir, juste un stupide moineau qui se balance en piaillant.

Alors je suis redescendu, déçu mais rassuré aussi …
Mon rêve de canopée ne m’a pas abandonné, j’y pense toutes les nuits bien à l’abri, au creux de mon nid douillet.

MH

Petite questionnette: Et vous, avez-vous déjà été contents de redescendre après être montés trop haut ?

C’est pas LPMDLP

refuge

Le texte ci-dessous m’a été inspiré par la photo ci-dessus dans le cadre de l’atelier BRICABOOK numéro 319.

 

Corinne avait rêvé d’une petite maison en bois au milieu d’une prairie, d’un homme courageux qui rapporterait un cuisseau de cerf chaque jour pour le dîner, de trois fillettes aimantes et serviables qui l’aideraient en cuisine et qui feraient leurs corvées avec le sourire…

Au lieu de cela … c’était la vie en HLM, Gérard devant sa télé et puis Jonathan et Johanna traînant dans le quartier ou bien râlant, vautrés sur le canapé !

Comme elle aurait aimé un mari admiratif et des enfants enthousiastes, sautant de joie devant ses rôtis bien grillés et ses ragoûts bien mijotés : Miam, miam, comme ça sent bon ce que tu as préparé!

A la place, elle subissait des : Pourquoi t’as pas fait des nuggets ? Ou encore : Moi j’suis au régime alors ta bouffe, j’y touche pas.

Quand l’un des membres de la famille serait triste, tous les autres rivaliseraient de : « C‘est ma faute » « Je regrette » « Non c’est MA faute ! » « Non c’est la mienne, c’est ma très très grande faute. »
Au lieu de cela, dans le HLM on entendait fuser des : « Rien à foutre » « ça lui passera » « Fallait pas me chercher ! »

Quand la tornade tourbillonnerait au-dessus de la petite maison en bois, ils prieraient tous autour d’une bougie vacillante et se réjouiraient ensemble d’avoir été épargnés …
Mais dans l’appartement, c’était :

Corinne – Il pleut des cordes ce soir, et si on faisait un jeu de société en famille ?
Gérard – Ah non ! Y a le PSG sur Canal !
Johanna – Moi, j’m en fous de la pluie, j’vais en boite ce soir !
Jonathan– Pour moi c’est soirée poker chez Steven !

Et Corinne ? Que ferait-elle toute seule ?

Si Charles Ingalls avait été son époux, elle aurait passé la nuit à lui tricoter un pull-over bien chaud, se réjouissant du confort qu’il ressentirait en le portant dans la forêt enneigée.
Si elle avait été la maman de Marie, Laura et Carrie, elle aurait confectionné de charmants présents pour Noël !
Mais avec Jonathan et Johanna, c’était peine perdue : On préfère des sous !! Lui avaient-ils répondu l’an passé lorsqu’elle avait émis l’idée de leur offrir ses canevas faits main pour décorer leurs chambres.

Pauvre Corinne qui se rêvait en Caroline, s’émerveillant devant les tissus fleuris de l’unique boutique de Walnut Grove pour tailler des robes à ses trois petites …
Jonathan ne portait que des jeans troués et Johanna des jupes « ras la touffe » qui faisaient se retourner tous les vauriens du quartier.

Les œufs de ses poules chéries, elle les aurait vendus tous les matins à Madame Oleson, fière de leur belle couleur et de leur grosseur aussi ! Au lieu de cela, chaque midi, seule devant son coquetier en pyrex, Corinne avalait avec dégoût un œuf industriel au jaune pâlot… Heureusement à douze heures quinze sur M6, Caroline, Charles, Marie, Laura et Carrie apparaissaient.

Eh bé, chez nous, c’est pas La petite maison dans la prairie ! se répétait Corinne, désespérée et heureuse à la fois devant un énième épisode de sa série préférée.

MH

Petite questionnette: Et vous, y a t-il une série télévisée désuète que vous affectionnez ?

La sagesse de la luge

snow

© Aaron Wilson

Le texte ci-dessous m’a été inspiré par cette photo enchantée de Aaron Wilson dans le cadre de l’atelier BRICABOOK numéro 318.

 

Marguerite irait au cinéma aujourd’hui, précisément parce que le trajet promettait d’être difficile. Elle avait envie de « mériter » son film. Ah ! La méritocratie ! Quel drôle de concept… Et pourquoi se l’infliger à elle-même ? Personne ne lui donnerait de médaille pour être allée jusqu’en ville dans la neige. Mais elle vient d’avoir soixante ans et elle aime se lancer des défis.
Alceste à bicyclette sur les petits sentiers printaniers de l’Ile de Ré, et elle… à pied sur le long pont blanc de l’hiver.
La voilà qui commence à marcher, emmitouflée et chaussée pour les grands froids comme le gros Bonhomme Michelin.
Marguerite se dirige vers la ville, et, curieusement, tous ceux qu’elle croise vont en sens inverse. Elle se demande pourquoi, mais se souvient que c’est comme ça dans sa vie, elle se retrouve toujours à contre-courant.
Les chiens sautent dans le blanc, les enfants malaxent la neige pour en faire des boules glacées qu’ils se lancent dans le dos, les parents surveillent gentiment, les rêveurs sourient aux flocons, et les vieux se cassent le col du fémur ; mais tous progressent dans la même direction en s’éloignant doucement d’elle.
Alors, elle décide de ne plus les regarder et se concentre sur ses pieds, ses gros godillots noirs, antidérapants, si laids mais si utiles aujourd’hui. Ils s’enfoncent dans la blancheur et révèlent à chaque pas la couleur marronnasse enfouie du pont. Marguerite en a presque honte …mais elle n’a pas le choix, elle doit aller voir Alceste même si elle est la seule de toute la ville et même si, pour cela, il lui faut souiller des kilomètres de pureté.
Les flocons tombent de plus en plus drus sur son béret bleu marine et ses lunettes d’écaille ; elle se demande comment on n’a pas encore inventé un système d’essuie-glaces pour lunettes… elle fera une recherche sur Internet à son retour, après Alceste et sa fameuse bicyclette qui ne lui serait d’aucun secours ici, dans la poudreuse ; Alceste sur sa luge, serait plus d’actualité …
Son seul souvenir de luge remonte à ses huit ans, elle était à Châtel pour les vacances de février. Avant le départ, sa grand-mère lui avait offert un superbe anorak rose à capuche dont elle n’était pas peu fière ! Dans l’enthousiasme de leur arrivée à la montagne, ses parents avaient loué une superbe luge en bois, comme Rosebud dans Citizen Kane. Excitée et riante, elle s’était élancée à califourchon, du haut d’une piste. La glissade s’était rapidement emballée et ce qui, en contrebas, ressemblait à une petite forme sombre, s’était mis à grossir, grossir… grossir sous ses yeux au fur et à mesure que l’engin fou dévalait la pente : UN CHALET ! Elle allait foncer dans la bâtisse et se fracasser le crâne ! Heureusement, elle avait eu le réflexe de se pencher sur le côté, et avait goûté le moelleux de la neige fraîche
Depuis ce jour, Marguerite craignait la vitesse et n’allait jamais à plus de soixante-dix kilomètres heure en voiture.
Elle a de plus en plus de mal à voir devant elle, tant les flocons se pressent comme une pluie de chatons blancs. Pourtant… elle distingue au loin une forme basse et trapue qui se dirige, comme elle, vers la ville. Elle voudrait voir cette forme de plus près, cette chose étrange qui a ce même désir d’aller dans la direction désertée de tous. Mais la forme avance vite, très vite… serait-ce un chien… un loup ?
Non, la forme ne saute ni ne court, elle semble plutôt glisser comme une goutte de pluie sur un ciré blanc.
Marguerite fait de plus grands pas, elle sent les muscles de ses cuisses peiner sous l’effort, les godillots noirs sont lourds sous le poids de la neige amassée, mais elle fonce, mettant à contribution bras et épaules, comme un coureur de fond. La distance avec la masse mystérieuse diminue à chaque nouvelle foulée, Marguerite étouffe, crache et sue à la fois, mais, qu’importe, elle veut voir… C’est une luge, une luge en bois vernis.
Elle retient son souffle : le traîneau vient de s’immobiliser à cinq mètres à peine devant elle. A califourchon, deux frêles silhouettes. Celle qui se trouve à l’arrière est toute voûtée, elle porte un manteau doré coupé dans une étrange étoffe fluide… presque futuriste, et un béret bleu marine, semblable au sien, mais plus usé et délavé par les ans. De ce couvre-chef s’échappent quelques cheveux fins et argentés. A l’avant, l’autre petit corps est dissimulé sous un anorak… rose à capuche !
Le cœur de Marguerite bat à tout rompre. Encore un effort de ses membres extenués pour arriver à la hauteur de la luge et découvrir les visages.
Comme dans un rêve, ses jambes pédalent dans la matière épaisse et rebelle, l’empêchant d’accélérer comme elle le voudrait. La luge et ses deux passagers restent toujours figés. Le bois vernis brille sous l’unique rayon de soleil qui vient de percer. Marguerite est maintenant tout près, elle n’a plus qu’à allonger le bras pour toucher l’étonnant tissu doré.
Mais, au moment où sa main tendue effleure le manteau, elle perçoit le crissement de la neige sous les patins, et, subrepticement, la luge s’éloigne… Marguerite s’écroule, éreintée au milieu du pont. Elle n’a pas vu les visages mais les a devinés…
Au bout de quelques instants, elle se relève, reprend sa marche et découvre sous ses pas le message tracé par les méandres de la luge : Ne pas perdre de temps, faire ce que l’on aime, suivre ses désirs et profiter de la vie… jusqu’au dernier flocon.

MH

Petite questionnette: Et vous, les paysages de neige vous rappellent-ils des souvenirs d’enfant ?

Pas popu

 

casier-moren-shu

© Moren Hsu

Le texte ci-dessous m’a été inspiré par cette photo colorée de Moren Hsu dans le cadre de l’atelier BRICABOOK numéro 317.

 

Deux collégiennes se rencontrent dans le couloir d’un collège parisien, devant les casiers.
Solène : Hé, t’es nouvelle toi dans le collège ? J’ t’ai jamais vue !

Marie : Oui, je viens juste d’emménager dans le quartier.

Solène : Trop chelou, au mois de novembre !

Marie : Mon père a changé de taf, alors on s’est installés à Paris.

Solène : Comment tu t’appelles ?

Marie : Marie. Et toi ?

Solène : Solène !

Solène : T’étais où avant ?

Marie : Au lycée français de Rabat.

Solène : T’es en quelle classe ?

Marie : 4ème 3 et toi ?

Solène : 4ème 2 … Un p’tit conseil, t’as l’air super cool comme meuf, alors tu choisis pas un casier marron, ok ?

Marie : Ah bon… pourquoi ? Ils sont trop moches ?

Solène : Ouais, c’est ça, moches comme les bolosses qui s’en servent !

Marie : C’est quoi les bolosses ?

Solène : Tu sais pas ? Y en avait p’t’être pas à Rabat ! La chance ! Bah, les bolosses, c’est des meufs ou des mecs super relous, avec des vêtements trop cheum, même pas d’marque et ils sont toujours tout seuls, ils ont pas d’bande de potes, et ils rigolent jamais.

Marie : Mais comment tu veux qu’ils rigolent s’ils sont toujours seuls ?

Solène : Bah ché pas moi… Tiens, ça, c’en est un, Vincent. Nous, on l’appelle « Vin-sent la merde » trop drôle, non ?

Marie : Pourquoi ? Il se lave pas ?

Solène : ça j’en sais rien, j’m’approche pas moi ! C’est juste comme ça, pour se marrer !

Marie : Moi, j’dirais qu’il a plutôt l’air sympa, juste un peu triste… On va lui parler ?

Solène : Non mais t’es dingue ou quoi !?!? On va attraper une maladie ! Viens plutôt là- bas, j’vais t’présenter aux gens les plus popu du collège, ils sont tous à la cafète !

Marie : Non merci Solène, j’aime mieux faire connaissance avec Vincent, et au fait, je prends un casier marron. Moi, cette couleur, je la trouve hyper cool !

MH

Inconscient

balance

Ce texte m’a été inspiré par la photo et le mot proposés dans le cadre de l’atelier d’écriture numéro 3 d’octobre sur le blog d’AMPHYGOURI. https://amphygouri.wordpress.com/2018/10/01/atelier-decriture-3-octobre/

 

Au lieu d’un chiffre, l’écran du pèse-personne marquait « INCONSCIENT » Juste ce mot, Inconscient, comme si la balance me jugeait ! Elle n’avait même pas pris la peine de m’indiquer mon poids, elle m’insultait purement et simplement !
Inconscient, je ne m’en remettais pas… ridicule en réalité d’être vexé par cette machine insolente… c’était pourtant le cas.
Pour en arriver à cette conclusion, elle avait dû comptabiliser tous les boudins noirs, tous les écrasés de pommes de terre, les camemberts et autres roqueforts accompagnés de p’tits ballons de rouge que j’avais ingurgités ces derniers mois … sans compter les mille-feuilles, les babas au rhum et les tablettes de chocolat !
Avec le mépris le plus total, ma balance estimait donc inutile de m’annoncer mon poids pour s’en tenir à ce jugement sans équivoque : Inconscient
Comment réagir ? Me mettre au régime pour lui faire plaisir ? Prendre en compte l’avis subjectif de cet engin de malheur et me mettre au vert ? Avais-je donc assez peu d’amour propre pour me soumettre face à cette accusatrice ?
Peut-être cette balance voulait-elle me sauver d’un péril de santé, d’un excès de cholestérol ou de triglycérides …Etait-elle finalement mon alliée ? J’hésitais à demander conseil à un ami … Paul n’allait-il pas me croire fou si je lui disais que ma balance maniait mieux les mots que les chiffres …
L’air de rien, je l’invitais à dîner et lui concoctais un copieux souper : foie gras, cassoulet, brie de Maux et gâteau basque en dessert, le tout accompagné d’un Sauternes et de trois bonnes bouteilles de Bordeaux.
– « Dis donc, mon Paul, on a bien dû prendre deux kilos en une soirée avec mon menu ! Tu ne m’en veux pas trop ? J’aurais pu te faire une salade verte et des œufs durs, mais bon…Tu veux qu’on vérifie tout de suite sur ma balance ? Je crois qu’elle est assez exacte.

Malgré les protestations de Paul, qui, en bon vivant, n’était absolument pas traumatisé par son poids, je le poussai de force vers ma salle de bains, lui retirai ses boots et le soumis à la pesée. « 92,500 » telle fut la réponse objective de l’infernale machine.

– A ton tour maintenant ! » s’amusa Paul

J’esquivai, lui racontant que si je retirais mes vieilles charentaises, cela risquerait d’occasionner de trop déplaisants effluves pour son odorat sensible…. Mais, dès qu’il fut parti, je me décharentaisisai et me précipitai sur l’engin démoniaque : « INCONSCIENT » L’invariable mot m’était donc réservé malgré l’embonpoint de Paul aussi dramatique que le mien.

Y avait-il une dimension affective dans tout cela ? Cette balance était la mienne et comme une fidèle compagne, elle s’inquiétait pour moi alors qu’elle se fichait royalement de Paul.
Attendri par cette pensée j’eu tout à coup le désir fou de lui faire plaisir, de la contenter, je voulais qu’elle m’admire qu’elle me trouve séduisant, qu’elle me félicite pour mes efforts.
Ainsi, j’entamai un régime draconien : au petit déjeuner, thé sans lait et sans sucre avec une biscotte sans sel et sans beurre ; au déjeuner : demi concombre sans vinaigrette, filet de cabillaud sans matière grasse accompagné d’épinards non assaisonnés et une pomme en dessert ; dîner : soupe de légumes verts, puis, petite tasse de fromage blanc zéro pour cent sans sucre bien évidemment.

Après trois semaines de cette diète, j’osai enfin affronter de nouveau ma balance et c’est le cœur battant que je posai les pieds sur elle.

« JE T’AIME » furent les mots délicieux qu’elle afficha !

Depuis que je suis mon régime, j’ai perdu mon ami Paul, il ne supporte ni les biscottes, ni le fromage blanc zéro pour cent… mais qu’importe puisque je vis heureux et comblé avec une merveilleuse balance qui m’adore et que j’aime follement en retour !

MH

Petite questionnette: Et vous, avez-vous une relation particulière avec votre balance ?