Sauvetage

Consigne : Imaginez une histoire à partir de ces 3 photos.

Au très select « Comité de Protection des Végétaux en Péril », c’est l’effervescence. Une nouvelle exceptionnelle vient de paraitre dans le journal. Gonzague de Saint Albray et toute son équipe n’en croient pas leurs yeux.

Gonzague – Il n’en reste plus qu’un seul spécimen, et il est en Colombie, qui l’eut cru ?!

Marie-Antide – Incroyable! Tout esseulé en ce milieu aride et escarpé, je n’en reviens pas!

Claude-Bernard – Et dire qu’avant on les dégustait en salade !

Jean-Axel – Et on les massacrait à la tondeuse !

Marie-Sophie – Oui, et on soufflait dessus quand ils étaient fanés, on les décapitait, en somme…

Anne-Bernadette – Un peu comme les marguerites, je t’aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout…

Gonzague – Personnellement, je n’ai jamais joué à ce jeu stupide, déjà enfant j’avais un grand respect pour les plantes, même les plus triviales.

Marie-Antide – Oui, et puis à quoi bon ce jeu puisque vous saviez déjà à six ans que votre « moman » serait la femme de votre vie, alors pourquoi torturer les fleurs ?

Gonzague – Seriez-vous jalouse, Marie-Antide ?

Anne-Bernadette – Rho… Cessez donc de vous houspiller tous les deux et trouvons plutôt une manière de faire revenir le pissenlit en Europe !

Filibert – Organisons un voyage !!

Gonzague – Facile à dire, mais qui le financera ? Les caisses de notre comité sont à sec depuis que Marie-Sophie et Claude-Bernard ont tout raflé pour la réception de leur mariage…

Marie-Antide – Ah bon ? Quelle honte ! Je n’étais pas au courant ! C’est scandaleux !

Filibert – Calmons-nous, calmons-nous et gardons à l’esprit que nous venons d’apprendre la nouvelle la plus réjouissante depuis l’extinction du rhododendron !

Gonzague – Nous partirons donc en voyage, mais, chichement.

Anne-Bernadette – Chiche que nous voyagerons chichement, parole de pois chiche !

Filibert – Un vieux coucou pour commencer, je sais qu’ils en proposent à Orly, d’anciens Boeing 707 qui ont un peu de plomb dans l’aile !

Marie-Sophie – Génial Filibert, mais une fois à Bogota, comment rallierons-nous les hauts plateaux arides ?

Claude-Bernard – Nous achèterons un van, ils en vendent en pièces détachées là-bas, ainsi pas de frais de logement, notre moyen de locomotion sera également notre hôtel !

Gonzague – Diantre ! Sept dans un van ! Qui de nous supportera cette promiscuité ? Surement pas Marie-Sophie et ses habitudes de princesse …

Marie-Sophie – Pour le retour de la fleur jaune en Europe, je me sacrifierai !

Tous – Un pour tous et tous pour le pissenlit !

6 commentaires sur “Sauvetage

  1. Diantre ! Pénurie de pissenlits ? Le seul avantage dans l’histoire, c’est que nous ne pourrons plus les manger par la racine ! Mais pourvu que l’amour ne soit pas mort avec !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s