Lettre du Lynx au Chat, son cousin

Le texte ci-dessous m’a été inspiré par cette photo de Gatis Murnieks  dans le cadre de l’atelier BRICABOOK numéro 393.

Je te laisse volontiers, coussins et canapés

Les genoux grassouillets de ta bonne maîtresse,

Les journées au salon, passées dans la paresse

Ô, je ne t’envie point la pâtée mollassonne !

Ni les petites croquettes toutes pleines d’hormones

Tu fais la patte douce, pour mendier les caresses

Tu offres des câlins pour flatter les humains

Et actives tes ronrons pour calmer les ronchons

Dans ton triste quartier, tu pars pour une virée

Puis tu rentres au logis, atrocement soumis.

Moi je reste distant, fier et indépendant

Je dors dans les sous-bois, je m’étale comme un roi

J’arpente mon territoire du matin jusqu’au soir

Je cherche les chevreuils, je chasse les chamois

Mes repas je n’les dois, qu’à mes propres exploits

Et quand l’instinct m’appelle, j’étreins une femelle

Je la mords dans le cou, la charme à tous les coups

Et puis je l’abandonne, pleine de ma descendance

Je m’enfuis par les prés, les steppes et les forêts…

Alors mon cher cousin, Gouttière ou Abyssin

Délaisse tes humains, et puis, viens, viens, viens, viens !

27 commentaires sur “Lettre du Lynx au Chat, son cousin

  1. Y peut pas, il a plus d’c……. .
    Pardon, je n’ai pas résisté : ayant une réalité un peu chattesque en ce moment, mon commentaire n’est que pure jalousie de votre liberté affichée 😉🙂 !

    Aimé par 1 personne

  2. Hello M-H
    Je viens de perdre mon aimable commentaire 😥
    Et le récrire à l’identique est pour moi chose impossible 😥

    Je t’écrivais donc à peu près ça :
    Le chat, du fond de ses coussins écoute son cousin déluré, lui qui n’a connu que ses croquettes et ses z’humains attentionnés qui l’ont privé très tôt de sa virilité !
    Ton texte me ravit, bien entendu, et me fait ruminer sur la notion de « liberté »
    « La liberté c’est savoir reconnaître ce qui est nécessaire. » Friedrich Engels
    Ravis nous encore une prochaine fois 😆
    Gros bisous

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour, une très belle histoire, mais je crains que le chat s’il ne suit les conseils du lynx meurent de faim, il n’a pas eu l’habitude de chasser, de plus il est si bien chez ses humains. Bon après-midi amicalement MTH

    Aimé par 1 personne

  4. A reblogué ceci sur Marie des vigneset a ajouté:
    Coucou, voilà une histoire qui complète bien mon billet du jour. Je craindrais pour les chats domestiques s’ils se mettaient en route pour rejoindre le lynx, ils n’ont pas eu l’habitude de chasser pour se nourrir, leur fourrure n’est pas si épaisse pour atténuer le froid de dehors, je pense que finalement , ils sont mieux chez les « Zumains » et que le lynx se rassure , un chat n’est jamais « soumis », bien que domestiqué, les chats n’en « font qu’à leur tête » et souvent, du moins la mienne, nous font tourner en bourrique. Bon après-midi Amitiés MTH

    Aimé par 1 personne

  5. Le gros minet n’aurait-il pas plus de chien que de chat ? car il n’a pas… l’œil du tigre derrière ces hauts grillages mais ta comparaison poétique rend honneur à l’animal en général et à la liberté.

    Aimé par 1 personne

  6. Mon chat trouve ton poème très beau, plein de lyrisme et bouillonnant d’ardeur. Il regrette juste que tu n’aies pu le dire à ce lynx, histoire de l’affermir dans ses idées de liberté. Quand à mon chat il retourne se coucher sur le lit que nous partageons centimètre à centimètre et griffe à griffe…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s