La grande (vue par « la petite ») suivi de : La grande (vue par le chat de « la petite »)

Encore une carafe, encore une carafe, encore une carafe… 

« Je bois des litres d’eau à chaque repas »  m’annonce t-elle. Elle a besoin de ces cascades d’H2O pour hydrater son immense personne !

Chez elle, tout est grand, je me tords presque le cou pour la regarder dans les yeux, ses yeux énormes comme ceux d’un cheval.

« J’ai soif, j’ai soif, j’ai soif ! » Même avec sa soupe il lui faut une carafe, alors, imaginez avec la pizza Napolitaine, le jambon cru ou le roquefort aux noix !

« C’est sec, j’ai soif ! »  Heureusement, elle accepte l’eau du robinet car je n’ai qu’un pack de Cristalline en réserve. Je la regarde mastiquer, déglutir et ingérer. Quand elle boit, je suis le voyage du liquide, de sa bouche géante à son gosier palpitant, c’est comme le cheminement d’un fleuve dans une gorge profonde.

« Encore, encore, encore ! » C’est surnaturel, elle n’est jamais rassasiée. Je la ressers.

Ses gros yeux reconnaissants sur ma main, ses larges narines frémissantes, ses lèvres mouillées avides. Et elle boit, comme une terre asséchée :

« Ça fait du bien … »

Elle se lève enfin, déplie son corps sans fin. Ses longs cheveux broussailleux comme du crin encadrent sa face aux traits démesurés. Son cou interminable porte sa tête comme le pied d’un réverbère ; Ciel ! Elle va voir la poussière sur mon armoire normande !  Mais non, elle préfère se concentrer sur l’infiniment bas et demande à ma minuscule personne : « Pourriez-vous m’indiquer les toilettes ? »

***

Aujourd’hui, un drôle d’humain femelle est venu à la maison. Elle était tellement haute que, même planqué en haut de l’armoire normande, j’ai cru qu’elle pourrait m’attraper. Mais elle n’a pas fait attention à moi, elle a juste enlevé ses sur-pattes et elle s’est dirigée vers l’endroit où on mange. Moi, je suis descendu de mon piédestal sans faire de bruit et je suis allé renifler les sur-pattes. Nom d’un rat, qu’est-ce que ça sentait fort ! Plus fort même que ceux de mon humain mâle !

Et puis, je me suis occupé à observer l’intruse. Elle n’avait pas l’air tellement intéressée par la bonne pâtée que mon humaine lui servait ; pourtant, moi, je peux vous dire que ça sentait bon ! Pour finir, elle a quand même tout avalé, dommage pour moi…

Ce qui lui plaisait vraiment c’était le truc machin chose incolore que je déteste moi, l’élément mouillé où je n’aime pas mettre les pattes ni le museau. Elle en ingurgitait des bols, des bols et des bols !

A la fin de son repas, elle s’est levée, on aurait dit un lynx à deux pattes tellement elle était grande. Elle est allée vers le petit coin qui pue les déjections de mes humains. Moi, j’ai eu la trouille qu’elle m’écrase alors je me suis caché sous la commode. Ses pieds étaient tellement larges et tellement longs ! Si j’avais pas eu si peur je me serais approché pour les mesurer avec ma queue, mais j’ai préféré pas me risquer.

Et puis elle est partie, mais son odeur de femelle dominante est restée longtemps dans la maison, alors moi, je suis allée faire un tour au jardin pour respirer l’air frais.