Bravissimo l’artista !

Ma foi, je pense avoir réussi mon coup ! C’était si triste et si fade ici avant mon intervention… j’en avais les bajoues qui pendaient, le chapeau qui dépérissait et l’ombrelle qui défrisait ! Mais maintenant, grâce à quelques coups habiles de marqueurs et de bombe, voyez comme ce wagon trivial resplendit ! Mon corsage et ma veste en pèteraient presque d’orgueil ! Moi, Solenzara Contessa d’Il Campo, je suis fière de mon œuvre, et je revendique la customisation des lieux publics. Et si la maréchaussée venait à me coffrer, que diable, je passerais la nuit au trou ! J’en ai vu d’autres ! Et c’est souvent là que l’on rencontre les personnages les plus rafraîchissants. L’an dernier, après mon emballage du Colisée avec du papier toilette épaisseur triple, j’ai croisé un merveilleux dessinateur dans le panier à salade. Il avait caricaturé Berlusconi sous la forme d’un  taureau en rut ! Hilarant !

Mais je demeure sans conteste la plus grande artiste italienne de notre siècle « Santa Subita » scandait le peuple il y a deux mois, lorsque j’ai nagé en tenue de gala dans la Fontaine de Trevi.

Alors, chers français, si vous me repérez un jour près de votre Tour Eiffel, sur votre pont Alexandre 3 ou dans votre métro parisien, prenez garde ! Avec moi, tout peut arriver !