Adieu Paris

Le texte ci-dessous m’a été inspiré par cette photo de Philippe Dehaye  dans le cadre de l’atelier BRICABOOK numéro 378

Voilà, je te quitte enfin, Paris de mes rêves

Ce rêve qui fut le mien pendant bien des d’années

Est devenu cauchemar sur les Champs Elysées

Les masques et les attaques, et tous ces bars fermés

L’avenue désertée, les musées condamnés

La vie n’a plus de sens dans cette ville immense

On n’peut plus s’embrasser, ni sourire, ni danser,

Juste rester enfermés, dans dix mètres carrés

Et se laisser pleurer face aux actualités

Ainsi je fuis vers toi, campagne de mon enfance

Est-ce que tu m’en voudras de mes années d’absence ?

Depuis le mois de mars, c’est à toi que je pense.

Tes prairies verdoyantes et tes arbres immenses

Tes foyers accueillants, la maison des parents…

Les gâteaux de maman et ma chambre d’enfant. 

Alors moi dans ce car qui file sur l’autoroute

Je chante « Adieu Paris », je n’ai plus aucun doute

Je ne reviendrai pas, ma vraie vie est là-bas.