Immunité inattendue

Tableau sujet FB (2)

 

Le jour du déconfinement, je m’étais dit, ça ira, il n’y aura pas grand monde dans le métro, la plupart des gens auront continué de télétravailler, je ne risque pas grand-chose. Alors j’ai mis mon beau masque bleu ciel, mes gants de vaisselle, bleus aussi, et je suis entrée dans un wagon. Et là, oh surprise, ils étaient tous agglutinés ! Sans masques ni gants, ils se serraient les uns contre les autres en lisant leur journal ! Alors j’ai poussé un grand cri et je leur ai dit : « Vous êtes dingues ou quoi ? Et le mètre de sécurité, c’est pour les chiens ? » Alors ils se sont retournés comme un seul homme en me dévisageant et j’ai eu l’impression que c’était moi, le folle.

Et puis, j’ai remarqué une autre chose étonnante : les hommes portaient tous des chapeaux haut de forme, de fines moustaches ciselées et des manteaux de laine; les femmes avaient des coupes de cheveux à la Louise Brooks et étaient vêtues d’élégantes vestes et jupes fluides. Aucun jean, aucune paire de baskets, aucun look décontracté à la ronde juste une foule de voyageurs bien mis et très corrects. Que pouvaient-ils penser de moi avec ma salopette rose, mes cheveux verts, mon masque bleu et mon air ahuri ? Je parvins à lire le nom, la date et le gros titre du journal lu par le monsieur le plus proche de moi :

Le petit parisien, 11 mai 1924. La visite de M Poincarré à Mac Donald est avancée d’un jour

Mais, je suis où ?? Où plutôt, je suis quand ? On parle pas de Mc Do le fast-food, là, on est bien d’accord ??

 J’ai dû hurler cette réflexion, alors que je la croyais intérieure parce que tous les contemporains de Poincarré se mirent à me fixer avec encore plus d’intensité.

C’est alors que je vis la panique dans leurs yeux. L’un d’eux osa tout de même me répondre : « Nous sommes le 11 mai 1924 voyons ! Auriez-vous trop forcé sur le Dubonnet, mon amie ? »  Puis j’entendis son voisin lui chuchoter : « Il faut l’interner d’urgence à la Cité des fous de Saint-Anne… »

Et puis, ce fut le trou noir. Quand je me suis réveillée dans un lit d’hôpital, j’ai crié : « Je ne suis pas folle, je ne veux pas qu’on me fasse des électrochocs !! » « Mais calmez-vous Mademoiselle, me répondit l’infirmière habillée comme un cosmonaute, vous avez juste fait un petit malaise dans le métro, et bonne nouvelle, nous vous avons testée : vous êtes immunisée contre le covid 19! »

Cette bénédiction était-elle due à mon voyage dans le temps ? Jamais je ne le saurais… mais jamais je n’oublierais ces élégants voyageurs des années folles.

MH

16 commentaires sur “Immunité inattendue

  1. Bon jour,
    Comme quoi la fièvre à haute température apporte des rêves les plus inattendus … (et c’est tout à fait vrai) …
    Je retiens : « les femmes avaient des coupes de cheveux à la Louise Brooks » … je suis un fan de cette femme et de sa coupe … alors si elles sont toutes comme ça … wouaaaah 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 2 personnes

  2. Ah! Heureusement qu’elle s’en est sortie, la petite MH. Mais comme c’est vrai! Je me révolte en moi-même quand je vois toutes ces personnes, vieilles et jeunes, sans masque ni gants, comme si de rien n’était, et j’ai envie de leur crier, « Vous êtes irresponsables »…mais je n’ose pas, car je sais qu’ils me répondraient avec cette fameuse expression si chère aux Français, « `De quoi tu te mêles!». Fichtre alors!

    >

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s