Pierre et Griet

EQUESTRE

Perle jeune

 

Consigne : Ecrire un texte complètement libre et volontiers farfelu en vous inspirant des deux tableaux ci-dessus.

Moi, Pierre le magnifique, le plus bel homme de France, je m’en vais marier Griet la plus belle femme de Hollande. Signe distinctif, elle porte une perle à l’oreille gauche et elle en aura une autre à la droite quand j’aurai fait d’elle mon épouse. Car non seulement je suis beau, mais je suis riche ! Voyez mon fier destrier et aussi, tous ces jeunes noblaillons qui se pressent autour de moi et m’assistent.
Jupiter, mon cheval, s’est fait faire des anglaises par Jacquou des Songes le célèbre barbier de Paris, le même qui a frisé ma somptueuse chevelure d’ébène. Bientôt, celle-ci se mêlera aux boucles de ma promise sur un oreiller rebrodé… Au fait, je ne connais pas la couleur de ses cheveux, elle les dissimule toujours sous un ridicule fichu bleu et jaune, mais si j’en juge par ses sourcils, elle doit être rousse. Belle promesse d’un tempérament de feu !
Le temps est fort nuageux pour mon départ et je crains la pluie sur mon couvre-chef et sur mes nobles atours, je ne voudrais point arriver enlaidi aux Bas Pays. Heureusement, Gonzague et Gontran m’abritent sous des parapluies-soleil, instruments astucieux et incontournables pour protéger un homme de qualité des caprices météorologiques. L’ennui, c’est que je ne pourrai aller au galop… Gonzague et Gontran ne suivraient pas;  il faudra donc que je me contente du trot, ainsi, ils pourront courir près de moi sur leurs jambes de grelets. Le coté fâcheux de l’affaire, c’est que je vais mettre vingt heures au lieu de dix pour rejoindre ma tendre et douce… Mais, comme disait mon aïeul le Marquis : Il y a toujours un côté qui trempe et un côté qui détrempe ! Ah ah ah, voilà un adage qui s’applique merveilleusement à ma situation actuelle !
Et pour le reste de mes gens, que vais-je donc en faire ? Caracoleront-ils derrière nous en portant mes malles ? Oui, c’est le plus raisonnable… de sorte que si Gonzague et Gontran venaient à faiblir, je les remplacerais illico par des valets tout frais, Anselme et Tancrède par exemple… puisque ces deux-là sont inséparables…
Quand enfin j’arriverai au logis de ma promise, je l’allongerai sur un lit de pétales et nous ferons ce que vous imaginez, pour essaimer nos deux contrées des perles de notre union.

MH

16 commentaires sur “Pierre et Griet

  1. ce qu’elle en pense, la demoiselle
    de ce vieux ganachon bâché d’or
    et de poil gris ?
    et qui va à dos de cheval
    de peur de marcher sur la terre ?
    qui va sous un parapluie
    de crainte de l’air et du vent ?
    ce qu’elle en pense la demoiselle ?
    qu’il l’épousera puisque ses parents l’ont dit
    et si le veut seigneur Dieu
    (ça, monsieur l’évêque l’a dit)
    et puisqu’il l’achète son poids de perle,

    mais que demain et jusqu’à Saint-Frusquin
    il aura en paiement
    autant de cornes qu’il a de beaux laquais
    cornes hautes et longues à trouver son parapluie soleil !

    🙂

    Aimé par 2 personnes

      1. c’est surtout ton texte m’a inspiré ; à chaque histoire ses deux faces, alors, je me suis demandé ce que la dame pouvait penser de son fiancé si empressé (et certainement très sincère)
        🙂

        Aimé par 1 personne

  2. Pauv’ Griet privée de son Johannes ! elle était pourtant tranquille dans son atelier….. l’ infatué Pierre saura-t-il la combler ? à mon avis elle va s’enfuir le jour du mariage sur le dos de Jupiter…. mais l’histoire est joliment tournée et si l’on ne connaissait le caractère trempé de la donzelle on y croirait.

    Aimé par 1 personne

  3. Oh, la pauvre Griet! Mais peut-être qu’elle refuserait, en fin de compte, ce pompeux! Après tout; les hollandaises sont connues pour avoir du caractère!

    >

    Aimé par 1 personne

  4. Je crois que Carnet paresseux a raison.
    Cet homme m’énerve avec son importance porté en fanion de dentelle !
    Elle l’epousera, elle n’en aura certes pas le choix !
    Mais, je crois bien qu’elle utilisera très rapidement ces petites doses si pratiques
    Qui font passer la vie un peu plus vite
    Et qu’après enfin seule et riche
    Elle prendra qui lui plaît
    La femme a toujours été l’avenir de l’humanité !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s