Menhirs

Men

Le texte ci-dessous m’a été inspiré par cette photo de © MLNM/CH dans le cadre de l’atelier BRICABOOK numéro 362.

 

C’est un lieu de magie où l’herbe a trop jauni.
A l’ombre des menhirs, je te retrouverai
Depuis ma tour de pierre, je les vois qui se dressent
Plus fiers que ce château où je suis enfermée.

J’attacherai mes draps en une liane solide,
Je glisserai en bas comme une feuille d’automne
Toi, tu m’attendras là, près des roches mythiques
Et puis l’on partira, loin de tout mon malheur.

Mais ce billet de fuite, tu ne le liras pas
Tu ne le liras pas car il restera là
Comme un espoir mort-né dans ma tour de pierre
Comme une triste hirondelle qui ne s’envolera pas.

Je t’ai vu avec Jeanne, couchés sous les menhirs
Ma geôlière est donc celle qui comble tes désirs…
Depuis ma tour de pierre, je vous vois enlacés
Sur cette herbe jaunie, dans ce lieu de magie.

L’amour c’est pour les autres, pour moi c’est le néant
Entre les murs épais, mon corps recroquevillé
Mon cœur éparpillé sur les pavés glacés
Ma vie en mille morceaux dans la tour du château.

MH