Frontière

edan-cohen-1065301-unsplash

Le texte ci-dessous m’a été inspiré par la photo d’Edan Cohen dans le cadre de l’atelier BRICABOOK numéro 327.

 

A la frontière de la lumière
Elles demeuraient immobiles.
Elles n’auraient su dire si l’obscurité était
Dure ou molle
Dense ou diffuse
Sèche ou humide
Rêche ou cotonneuse
Rassurante ou oppressante.
L’obscurité semblait
Indicible, indescriptible.
Juste un tout qui enrobait
Qui enveloppait, qui emmurait.
Une force évidente,
Contre laquelle il était inimaginable de lutter.
Jusqu’au jour où …
Elles décidèrent de tenter quelque chose.
Basculer leur corps vers l’avant,
Sans bouger les pieds
Pour voir comment cette matière recevrait
Leurs visages et leurs bustes vulnérables
Qui s’offraient.
Alors, elles réalisèrent l’inclinaison périlleuse
Pour savoir… enfin.
Sous la pression de leur poids
Elles sentirent l’ombre céder.
Dans un gémissement d’étoffe déchirée
De grilles grinçantes
Et de vagues déferlantes
L’obscurité avait capitulé.

Leurs yeux, leurs bras et tout leur être
Se mouvaient désormais à l’air libre
Hors du carcan de la lumière
Elles avaient enfin trouvé leur raison d’exister.

MH