Le bac

graduation-149646_1280

 

Il avait réussi ! Il pouvait enfin tourner la page du calendrier bloqué à cette date maudite du sept juillet. Il ne s’était pas autorisé à penser aux vacances et à tous les plaisirs qui allaient avec. Mais aujourd’hui, c’était comme si un barrage était tombé. Des torrents de joie déferlaient. Le bus qui le ramenait chez lui était un carrosse, le pavillon de banlieue, un palais, ses vieux parents, d’honorables courtisans, et lui, le roi…
Il criait, chantait, téléphonait à tous pour leur annoncer son succès. Les ressorts de son lit craquaient sous ses sauts de cabris, la lumière du soleil palissait devant l’éclat de son visage radieux.
Son père déboucha le champagne et sa mère découpa le gros gâteau à la crème. Il but, mangea, re but, se gava, vomit, puis s’endormit sur son lit aux ressorts affaissés.

Le lendemain, quand il émergea aux alentours de midi, la joie avait disparu. Il essaya de la faire revenir en s’invectivant lui-même : Tu l’as eu, tu te rends compte, sois heureux, tu l’as eu !! Mais un autre lui-même répondait en sourdine : Bé oui, je l’ai eu, encore heureux que je l’ai eu, y a pas de quoi sauter au plafond.

MH