Le beau du métro

arthur-humeau-metro

Le texte ci-dessous m’a été inspiré par cette belle photo d’Arthur Humeau dans le cadre de l’atelier BRICABOOK numéro 325.

 

Qu’il est beau l’homme du métro, avec sa blondeur, son front lisse et son imperméable ! Pourtant, comme deux des singes de la sagesse, il n’entend rien, avec sa musique plein les oreilles, et il ne parle pas avec sa bouche fermée comme une tirette… MAIS il voit de ses yeux fixes, rivés sur Clara…
Il détone parmi les travailleurs de huit heures, il est bien obligé de se mêler à la foule mais il n’apprécie pas, avec son corps en biais et ses cheveux affolés. Heureusement, il est grand, il les surplombe tous, et puis son regard à lui reste sur le quai, il n’entre pas dans le wagon surpeuplé.
Son regard reste sur toi, Clara, parce que c’est trop dur de te quitter, même pour quelques heures, même pour quelques secondes. Absurde d’aller travailler avec des gens qui ne lui sont rien, de perdre son temps à pianoter sur l’ordinateur, à parler à des enquiquineurs alors qu’il pourrait être à tes côtés, toute la journée.
Ne pas prendre sa correspondance à la station Denfert, ne pas te laisser filer vers le Sentier mais descendre tous les deux à la Porte Dorée et flâner dans le Paris printemps du mois de mai.

MH