Inconscient

balance

Ce texte m’a été inspiré par la photo et le mot proposés dans le cadre de l’atelier d’écriture numéro 3 d’octobre sur le blog d’AMPHYGOURI. https://amphygouri.wordpress.com/2018/10/01/atelier-decriture-3-octobre/

 

Au lieu d’un chiffre, l’écran du pèse-personne marquait « INCONSCIENT » Juste ce mot, Inconscient, comme si la balance me jugeait ! Elle n’avait même pas pris la peine de m’indiquer mon poids, elle m’insultait purement et simplement !
Inconscient, je ne m’en remettais pas… ridicule en réalité d’être vexé par cette machine insolente… c’était pourtant le cas.
Pour en arriver à cette conclusion, elle avait dû comptabiliser tous les boudins noirs, tous les écrasés de pommes de terre, les camemberts et autres roqueforts accompagnés de p’tits ballons de rouge que j’avais ingurgités ces derniers mois … sans compter les mille-feuilles, les babas au rhum et les tablettes de chocolat !
Avec le mépris le plus total, ma balance estimait donc inutile de m’annoncer mon poids pour s’en tenir à ce jugement sans équivoque : Inconscient
Comment réagir ? Me mettre au régime pour lui faire plaisir ? Prendre en compte l’avis subjectif de cet engin de malheur et me mettre au vert ? Avais-je donc assez peu d’amour propre pour me soumettre face à cette accusatrice ?
Peut-être cette balance voulait-elle me sauver d’un péril de santé, d’un excès de cholestérol ou de triglycérides …Etait-elle finalement mon alliée ? J’hésitais à demander conseil à un ami … Paul n’allait-il pas me croire fou si je lui disais que ma balance maniait mieux les mots que les chiffres …
L’air de rien, je l’invitais à dîner et lui concoctais un copieux souper : foie gras, cassoulet, brie de Maux et gâteau basque en dessert, le tout accompagné d’un Sauternes et de trois bonnes bouteilles de Bordeaux.
– « Dis donc, mon Paul, on a bien dû prendre deux kilos en une soirée avec mon menu ! Tu ne m’en veux pas trop ? J’aurais pu te faire une salade verte et des œufs durs, mais bon…Tu veux qu’on vérifie tout de suite sur ma balance ? Je crois qu’elle est assez exacte.

Malgré les protestations de Paul, qui, en bon vivant, n’était absolument pas traumatisé par son poids, je le poussai de force vers ma salle de bains, lui retirai ses boots et le soumis à la pesée. « 92,500 » telle fut la réponse objective de l’infernale machine.

– A ton tour maintenant ! » s’amusa Paul

J’esquivai, lui racontant que si je retirais mes vieilles charentaises, cela risquerait d’occasionner de trop déplaisants effluves pour son odorat sensible…. Mais, dès qu’il fut parti, je me décharentaisisai et me précipitai sur l’engin démoniaque : « INCONSCIENT » L’invariable mot m’était donc réservé malgré l’embonpoint de Paul aussi dramatique que le mien.

Y avait-il une dimension affective dans tout cela ? Cette balance était la mienne et comme une fidèle compagne, elle s’inquiétait pour moi alors qu’elle se fichait royalement de Paul.
Attendri par cette pensée j’eu tout à coup le désir fou de lui faire plaisir, de la contenter, je voulais qu’elle m’admire qu’elle me trouve séduisant, qu’elle me félicite pour mes efforts.
Ainsi, j’entamai un régime draconien : au petit déjeuner, thé sans lait et sans sucre avec une biscotte sans sel et sans beurre ; au déjeuner : demi concombre sans vinaigrette, filet de cabillaud sans matière grasse accompagné d’épinards non assaisonnés et une pomme en dessert ; dîner : soupe de légumes verts, puis, petite tasse de fromage blanc zéro pour cent sans sucre bien évidemment.

Après trois semaines de cette diète, j’osai enfin affronter de nouveau ma balance et c’est le cœur battant que je posai les pieds sur elle.

« JE T’AIME » furent les mots délicieux qu’elle afficha !

Depuis que je suis mon régime, j’ai perdu mon ami Paul, il ne supporte ni les biscottes, ni le fromage blanc zéro pour cent… mais qu’importe puisque je vis heureux et comblé avec une merveilleuse balance qui m’adore et que j’aime follement en retour !

MH

Petite questionnette: Et vous, avez-vous une relation particulière avec votre balance ?

Publicités

15 commentaires sur “Inconscient

  1. La mienne doit désespérée dans son coin, je devrais peut-être la sortir, au moins pour la dépoussiérer.
    Sinon j’ai bien aimé ton texte, il est original et bien tourné. Il m’a fait réfléchir sur le rapport que nous pouvons avoir avec notre corps et l’alimentation, que c’est souvent une question de perception.

    Aimé par 1 personne

  2. Trop marrante cette histoire. J’ai bien ri. Paul a préféré fuir son ami ! Ah ah !
    Attention à la balance : on peut en être vite dépendant.
    Me concernant, pas vraiment car je ne suis pas non plus obsédée à me peser tous les jours. Il faut un juste milieu… C’est comme tout d’ailleurs. Merci encore pour ce moment de lecture. Passe un bon week-end ! Bisous

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s